Couscous aux falafels, mais c’est bon comme là-bas dis donc!

Le couscous, on en rêve tous souvent de bien le réaliser : un vrai, un bon, un tradi à la semoule bien cuite et à la garniture bien choisie.

Et sur le papier, la recette parait simpliste.

Alors pourquoi votre résultat ne vaut jamais celui de là-bas ?

Avec sa troisième place des plats préféré des français, pas question de laisser le grainé jouer les intouchables…

Faites fi des ratages, oubliez les complexes, passez nous votre commande.

vous y trouverez:
De la semoule de couscous fine. Des carottes, des navets, des oignons, de la courgettes, des tomates, du piment doux, des pois chiches, des raisins secs, des épices douces et envoutantes de ras el hanout, une dose de patience et beaucoup d’amour.

L’origine du couscous est souvent attribuée, par les historiens, au peuple berbère (groupe ethnique autochtone d’Afrique du Nord). D’ailleurs, le plus vieux couscoussier au monde, datant du XIe siècle, a été découvert en Kabylie (région d’Algérie peuplée de Berbères) où l’on cultivait déjà le blé.

le couscous est un plat très équilibré.

« La semoule qui le compose est riche en vitamines B, en magnésium et en phosphore. C’est une importante source d’énergie. Associé aux légumes frais, aux fruits secs, aux légumineuses qui sont d’excellentes sources de protéines pour notre organisme, le couscous demeure un excellent repas pour notre santé. Bref c’est un repas complet! »

Qu’est-ce que le couscous?

Le « couscous » désigne les granules sphériques (ou graines) qui sont obtenues par agglomération de semoule de blé dur et de farine aspergée d’eau froide salée, puis pressée et roulée. Les graines peuvent être fines, moyennes ou grosses. Le couscous s’identifie à la famille des pâtes alimentaires et appartient aussi à la famille culinaire des « panades« .

Le couscous est le plat national de plusieurs pays du Nord de l’Afrique, notamment la Tunisie, la Lybie, l’Algérie, le Maroc. Un chercheur date ses origines entre -238 et -149 avant J.-C.

Bien que les historiens ne s’accordent pas sur l’origine exacte de cette merveille, ses traces les plus anciennes ont été retrouvées en Kabylie. Les archéologues classent la Chine et d’autres pays d’Afrique de l’Est parmi les territoires ou le couscous tire ses origines.

Au soudan par exemple, on cuisait du pilpil et du « coucous » de mil ou de sorgho dans des paniers tressés soumis à la vapeur. C’est de la même manière que la semoule de blé ou d’orge est cuite aujourd’hui, dans la passoire du couscoussier.

Toutefois il ne faut pas confondre le « couscous algérien » très consommé en Afrique du Nord au « couscous Israélien ».

Le couscous Israélien pour sa part est constitué de petites granules rondes qui rappellent les pâtes. Il est deux fois plus gros, il est grillé plutôt que séché, ceci lui donne une saveur de noisette et une texture épaisse et moelleuse.