, ,

Le bortsch comme en Ukraine ( EN SOUTIEN )

Le bortsch, « borchtch » (russe) ou « borcht » (ukrainien) ou « barszcz » (polonais), est un pot au feu de la cuisine ukrainienne, préparé dans plusieurs pays slaves.

Il contient habituellement de la betterave, crue et non précuite, qui lui donne une forte couleur rouge bordeaux. D’autres ingrédients y sont ajoutés selon la préparation, principalement les légumes comme le (chou, carottes, des patates douces , les oignons, l’ail ou les tomates) qu’on cuit le plus souvent séparément de la betterave. On y ajoute aussi souvent de la viande, ici dans notre recettes du tofu (soja) texturé façon boeuf. Dans certaines régions, les pays baltes notamment, on ajoute souvent des champignons. Un bon bortsch est un  pot au feu épais .

Le bortsch se décline sous plusieurs aspects : le bortsch blanc, le bortsch vert, et le bortsch rouge ; ce dernier, préparé à base de betteraves est notamment un des douze plats traditionnels de la table du réveillon de Noël polonais.

Le Borscht fait parties des plats ukrainiens les plus partagés sur les réseaux sociaux.

GUERRE EN UKRAINE – Un simple hashtag et déjà près de 3000 photographies postées. Sur Instagram, des chefs comme des cuisiniers amateurs se rassemblent autour du hashtag #CookForUkraine. En soutien au pays en guerre, ils cuisinent puis partagent des plats ukrainiens sur le réseau social.

“Je ne veux pas que les gens restent coincés dans les gros titres et perdent de vue les êtres humains qui se trouvent derrière cette histoire […] Et qu’y a-t-il de plus humain que des gens qui se réunissent et partagent de la nourriture?”, s’interrogeait Olia Hercules en présentant son projet au HuffPost britannique ce mardi 8 mars.

L’auteure culinaire d’origine ukrainienne a lancé le hashtag #CookForUkraine avec Alissa Timoshkina, auteure culinaire originaire de Russie ainsi qu’avec le critique londonien Clerkenwell Boy. C’est le même trio qui avait été à l’initiative des précédents #CookForSyria (1 million de livres sterling récoltés) et #BakeForBeirut.

Solidarité sur les réseaux sociaux

Ils espèrent encourager les restaurants à reverser des fonds à l’appel de l’Unicef UK pour l’Ukraine. À Londres, plus de 50 établissements de l’hôtellerie et de la restauration ont promis leur soutien, selon l’édition britannique du HuffPost. Un simple échange par mail suffit aux restaurateurs pour reverser une part des additions à l’association.

Mais la mobilisation vise aussi à afficher la force de la solidarité avec l’Ukraine sur les réseaux sociaux. Chacun est ainsi invité à cuisiner chez soi plats ou desserts ukrainiens puis à les partager avec le hashtag #CookForUkraine. “Cuisinons pour l’Ukraine, pour la paix, pour la liberté, pour la vérité, pour la pensée rationnelle et pour l’amour”, écrit Alissa Timoshkina sur son site Internet. Une campagne de dons à destination des particuliers a également été lancée.

En ce moment même, un convoi russe de 40 milles de long est en route vers Kiev. Au lieu d’arrêter ‘le ministère russe de la Défense avertit les habitants de Kiev de quitter leur domicile car il prévoit de frapper des cibles dans la capitale ukrainienne.

Il est difficile de penser à autre chose que cette guerre agressive et inutile qui se déroule si près de nous tous.

L’initiative permet de mettre en avant la culture gastronomique du pays. “L’Ukraine est un pays tellement fascinant que tout le monde ne connaissait pas avant ça, plein de champs vallonnés et de gens qui aiment cuisiner les recettes que leurs grands-parents leur ont enseignées”

#CookForUkraine